Yukio Mishima  est né en 1925 à Tokyo.  Son œuvre littéraire est aussi diverse qu’abondante : essais, pièces de théâtre, romans, nouvelles et récits de voyage.  Il a écrit aussi bien des récits populaires qui paraissaient  dans la presse à grand tirage que des œuvres littéraires raffinées.  Il a obtenu les trois plus grands prix du Japon.  Son œuvre principale, une suite de quatre romans, porte le titre  général de la Mer de la fertilité.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale à Tokyo, Kazu, une femme d’origine modeste, est propriétaire d’un grand restaurant portant le nom de l’Ermitage. Ses clients sont des personnalités de la diplomatie, de la politique et de la finance qui relèvent en général  du parti conservateur.

A l’occasion d’un  banquet d’ambassadeurs en retraite, Kazu fait la connaissance de Noguchi, un ancien ministre.

Assez rapidement, Kazu va tomber amoureuse de cet homme politique ambitieux et décide de l’épouser tout en gérant le restaurant.

Noguchi est un intellectuel idéaliste qui défend  des idées de réformes politiques et sociales.  Après réflexions, il décide de poser sa candidature au poste de préfet de la capitale.  Pour ce couple hors du commun, c’est le début d’une campagne électorale pleine de rebondissements …

Critique

C’est un roman  tout empreint de poésie à la mode japonaise et caractérisé par de fines descriptions   détaillées des personnages, sentiments  et paysages.

Je conseillerais ce roman à tout amateur du Japon des années ‘50 où le mode de vie traditionnel ainsi que les codes de politesse et de communication entre un homme et une femme jouaient un rôle fondamental. Ainsi, Kazu se révèle  être une femme très indépendante  qui défend des idées modernistes alors que Noguchi  a un mode de pensée conservateur voire réactionnaire.

Sans conteste, c’est un roman  d’un très grand raffinement où la qualité du style se mêle harmonieusement à une intrigue générale très développée.

 

Paru chez Folio   Prix : 6 euros

 

Rédaction : David  ROBERT