Fashion week:L’Asie lance sa fédération

 

Fashion weeks en Asie:

La Fashion Week de Singapour vient de s’ouvrir avec une programmation mi-asiatique, mi-occidentale dans un registre allant du denim à la couture. Comme à son habitude depuis deux ans, l’organisateur, Frank Cintamani, a invité plusieurs griffes européennes à se joindre au programme comme la ligne Pierre Balmain ou encore la marque de luxe allemande Porsche Design, qui défile au programme de New York. Un partenariat avec le CFDA verra le label new-yorkais Burkman Bros défiler devant le public du centre Marina Bay Sands où se dérouleront les festivités durant dix jours, clos par le lancement d’une collaboration entre Julien Fournié et le retailer Love, Bonito.

G.V.G.V., l’une des marques de la Tokyo Fashion Week (DR)

La semaine du 14 octobre verra débuter la Mercedes Benz Fashion Week de Tokyo et ses très nombreux labels nippons de womenswear et menswear. Certains, comme Facetasm ou encore G.V.G.V. (photo), connaissent le succès au Japon depuis des années mais démarrent à peine leur développement à l’export.
Le 16 octobre en Chine, Shanghaï démarrera sa propre fashion week sur dix jours, suivie d’une autre fashion week bénéficiant de financements institutionnels et industriels: Séoul. L’événement coréen se déroulera du 18 au 23 octobre avec womenswear et menswear, segments où les Coréens excellent. Mais comme Tokyo, et malgré la présence active en Corée du groupe LG qui donne des bourses annuelles aux meilleurs créateurs émergents, Séoul voit beaucoup de ses talents de mode migrer en Occident, comme Songzio et Juun J. (Paris) et Eudun Choi (Londres).
Une chambre syndicale asiatique Bardé de sponsors et réseauté à l’extrême, Frank Cintamani, fondateur de la FIDé Fashion Week de Singapour, lance cette saison un projet nécessaire et ambitieux: la première Asian Couture Federation, ACF. Basée sur les modèles occidentaux et en particulier le modèle parisien, cette fédération veut mettre en valeur les talents d’Asie. Parmi les invités de cette chambre cette saison, on compte Guo Pei (Chine), Yumi Katsura (Japon) ou encore Lie Sang Bong (Corée).
Le maroquinier coréen d’origine allemande MCM, qui fait un carton chez les jeunes asiatiques, vient d’ouvrir un corner au rez-de-chaussée des Galeries Lafayette Haussman et fête ces jours-ci l’ouverture de son premier flagship à Singapour. Un défilé est aussi prévu. La chairman de MCM, Kim Sung-Joo, fait partie du comité exécutif de la fédération de la couture asiatique et figure au dernier classement des « 50 businesswomen à suivre », publié par le Wall Street Journal.
Preuve de la dimension pan-asiatique de l’initiative, ce comité comprend aussi Satoshi Onuma, le patron du Bunka College of Fashion de Tokyo, qui a révélé les vocations de Kenzo Takada, Junya Watanabe et Yohji Yamamoto. Des créateurs venus chercher le business à Paris à leurs débuts… avant le grand réveil de l’Asie.

L’un des chantiers de cette fédération, outre le soutien aux jeunes talents et la volonté de les maintenir dans les frontières asiatiques, devrait passer par une concertation entre les différents représentants asiatiques, pour mettre en place des dates de fashion weeks plus compatibles les unes avec les autres. Ce qui est loin d’être le cas en ce mois d’octobre où les semaines de la mode de Singapour, Shanghaï, Tokyo, et Pékin se chevauchent quasiment toutes. Un travail fastidieux dont on connait bien, chez nous, la dimension politique, et qui devra mettre d’accord non pas un pays, mais un continent entier et ses nombreuses cultures distinctes.

Emission mode Gaétane grandin
Infos site: fashion mag