Les vampires de Manhattan

Maria de La Cruz

Biographie :
Elle est née à Manille le 07/07/1971. En 1985, elle arrive aux Etats-Unis à San Francisco pour poursuivre des études en anglais et histoire de l’Art. Elle reçoit son diplôme à l’université de Colombia. Elle commence par travailler comme informaticienne avant d’écrire dans des magazines tel que le “New York Press”, ou “Marie-Claire”. En 2003, elle déménage pour Los Angeles. Un an plus tard, Melissa écrit son premier roman pour adolescents.

Analyse et critique :

“Les vampires de Manhattan” par Mélissa de La Cruz. L’histoire de ce roman met en scène de jeunes adolescents dans un très chic lycée de New-York. Après une soirée dans une discothèque, une élève est retrouvée morte vidée de son sang.

C’est Théodora van Allen  qui va mener l’enquête avec son ami Oliver.  Toutefois, cette lycéenne n’est pas tout à fait comme les autres.

En effet, elle descend directement d’une des familles arrivées avec le Mayflower , ce bateau des premiers colons qui ont fondé la ville de New-York.Théodora, âgée de  quinze ans,  cultive un look vintage  et se rend hebdomadairement  à l’hôpital pour  visiter sa maman  plongée dans  un coma profond.

Quand apparaît  sur sa peau un entrelacs de veines bleutées, elle devra se rendre à l’évidence : elle fait partie d’une race particulière, celle qui  a été exilée du Royaume des cieux, celles des « sang bleu » c’est -à-dire ceux  qui s’en prennent  aux gens dits ordinaires pour leur pomper leur sang afin de se recharger.

C’est la famille  des Vampires !

Toutefois, son enquête est freinée par des attaques  violentes menées par des monstres  prédateurs  qui sont responsables  de la mort de la lycéenne. Contrainte et forcée, Théodora  devra se faire aider de Jack et  sa sœur, deux jumeaux, snobs et branchés.

Abasourdie  par la découverte de leur nouveau statut de vampire, nos quatre héros vont  se lancer à la recherche de leurs origines et de la signification d’un mot qui est la clé de toute l’énigme. En effet, ce dernier avait été trouvé sur un écriteau solitaire, cloué à un arbre  quand une des premières colonies a disparu mystérieusement en 1620. D’une façon générale, ce roman s’adresse à un public de jeunes adultes intéressés par le fantastique.

L’auteur a réussi  à trouver le moyen  d’utiliser et de mixer un fonds historique à savoir la disparition authentique d’une colonie américaine avec une enquête sur un meurtre  et le mythe des vampires.

L’histoire de ce  premier tome d’une quadrilogie reste passionnante  de bout en bout et s’inscrit dans un genre  particulièrement  à la mode.

Les caractères  et personnages restent attachants  et sont  tout à fait dans l’esprit du temps  et du genre. En effet,  leur code de conduite  et leurs modes de pensée sont subtilement analysés et  respectés par l’auteur. Cet ouvrage est publié chez Livre de Poche pour prix de 7.65Euros.

 

Rédaction & Présentation: David Robert