II- Un Déconfinement Progressif (24)

Lundi 15 juin

Le covid renforce la pauvreté et la faim dans le monde

Aujourd’hui c’est la journée mondiale contre la faim. Un rappel important en ces temps difficiles.

La pandémie qui poursuit son chemin touche toujours plus de personnes vulnérables. L’ONG Actioncontrelafaim.org tire aujourd’hui la sonnette d’alarme : « Au total, 10 millions d’enfants pourraient être atteints de malnutrition aiguë à cause du Coronavirus. »

Ce sont les pays les plus pauvres qui sont touchés. Il faut rappeler que 850 millions de personnes dans le monde ont faim, dont 150 millions d’enfants. La plupart se trouvent en Afrique, au Tchad ou au Soudan, ou encore en Inde.

La situation est particulièrement alarmante en Afrique, où les chiffres de la faim sont les plus élevés du monde. Ces derniers continuent d’augmenter, lentement mais régulièrement, dans presque toutes les sous-régions. En Afrique de l’Est, près d’un tiers de la population (soit 30,8%) est sous-alimenté. A côté de raisons climatiques, il y a les conflits, les périodes de récessions et les crises économiques. C’est le cas du Yémen, où la famine est la plus forte au monde, pays en guerre depuis plusieurs années.

Cette crise sanitaire va encore renforcer la misère.

Parlons un peu de Philipe Neto, un Brésilien et de son Président Jair Bolsonaro

Bolsonaro n’a pas seulement l’épine du corona dans son pied, il a aussi celle que plante régulièrement Philippe Neto : « L’homme qui dérange Bolsonaro ». Sur les réseaux sociaux, il le talonne dans la classification. Bolsonaro reste le premier, et Neto vient juste derrière. Attention on dit que ce que les réseaux sociaux ont fait, ils peuvent aussi le défaire.

Philippe Neto est un jeune homme beau, dynamique, rieur et drôle. Ses vidéos sur you tube parlent de people, chanteurs, films, musiques et spectacles. Il passe en revue toutes sortes de faits divers, qu’il partage avec ses fans. Il a fait le buzz dans l’émission « roda viva ». Il se dit « en dehors de la politique ». Il ne veut pas parler de politique, mais de liberté. Il reproche au Président d’avoir fait taire un journaliste, touchant ainsi à la liberté d’expression.

Il dénonce ce que Bolsonaro dit sur le virus et le fait qu’il ne constitue pas une menace. Il le renvoie à une connaissance basique que tout le monde a. Il ajoute que le Président est luimême une menace. Il va plus loin en disant qu’il ne peut pas valider le fascisme et que celui qui se tait valide le fascisme. C’est plus qu’un pavé dans la marre et ça sonne plus fort qu’un gond, surtout lorsque Philippe dénonce toutes les « fake news » que le pouvoir fait circuler.

On est dans un monde où un seul individu, qui a du pouvoir, peut laisser conduire à la mort des dizaines de milliers d’individus. Et un des rares, dont la voix est entendue, est un animateur de « talk show » sur internet, qui s’engage à contrecarrer l’absurdité où a pu tomber le pouvoir dans un pays des plus importants au monde, qui s’enfonce dans un abîme à tous les niveaux.

Personne ne sait comment ce pays va s’en sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.